A- A+

Inventorier, suivre ou réintroduire une faune et une flore rares ou menacées

Le Vercors recèle une grande variété d’écosystèmes favorisant une biodiversité riche et diversifiée.


Certaines espèces semblent être sur le Vercors depuis "toujours", d’autres ont disparu (comme le Gypaète barbu), sont apparues (Pyrale du buis) ou réapparues spontanément après une disparition plus ou moins longue (comme le Loup), d'autres ont fait l'objet de réintroductions, d'autres encore sont actuellement menacées de disparition... c'est pourquoi plusieurs espèces de faune et de flore notamment à faible effectif font l’objet d'une veille et d'un suivi scientifique.

Nos missions :

  • Veiller, suivre des espèces et mener des actions de gestion pour les préserver (Aigle royal, Vautour fauve, Lagopède alpin... plan de gestion de la tulipe sauvage...)
  • Concevoir et organiser des programmes de réintroduction d'espèces (Marmottes, Bouquetins des Alpes, Vautours fauves, Gypaètes barbus)
  • Améliorer la connaissance sur les espèces à enjeux présentes sur le massif
  • Mette à disposition des données naturalistes (habitats naturels, suivi d’espèces...)
  • Sensibiliser les acteurs du territoire et les porteurs de projets d'aménagement pour qu'ils intègrent les enjeux liés à la préservation de certaines espèces sauvages

Les réintroductions d'espèces

Parmi les Parcs naturels régionaux, le Parc du Vercors a été un précurseur dans la réintroduction d’espèces. Dès le début de la création du Parc du Vercors, la marmotte fut réintroduite puis le bouquetin des Alpes fin des années 80 et le vautour fauve en 1996.

Ces réintroductions successives s’inscrivent dans une politique cohérente de restauration de la biodiversité sur le territoire. Entre 2010 et 2020, c'est au tour des Gypaètes barbus d'être lâchés dans les falaises du Vercors notamment dans le cadre du Life Gypconnect. Ces programmes ont favorisé la venue régulière de Vautours moines et le retour du Percnoptère.

La réintroduction de Gypaètes barbus

Le dernier témoignage de la présence d’un Gypaète barbu (Gypaetus barbatus) sur le Vercors remonte à 1879, date à laquelle il semble que le dernier individu a été exposé sans vie sur la place d’un village du Royans. À cette époque, il était diabolisé par méconnaissance de sa biologie et des rôles qu’il joue dans les écosystèmes montagnards. En réalité, l'espèce a complètement disparu de l'ensemble de l'arc alpin par la main de l'Homme dès la fin du XIXe siècle. 

Entre 2010 et 2021, 17 oiseaux ont été introduits par le Parc du Vercors. Ce programme a débuté pour les 40 ans du Parc et les 25 ans de la Réserve naturelle des Hauts-Plateaux du Vercors et a permis le retour de cette espèce sur les falaises du territoire. Ces années d'engagement sont aujourd'hui récompensées par une présence d’oiseaux cantonnés sur les falaises du sud du massif, notamment autour du Glandasse et des falaises d’Archiane, et de la toute première reproduction depuis plus de 150 ans sur le territoire !

Toujours rare, l'espèce est classée « menacée de disparition » en France et en Europe. Dans le cadre du Life Gypconnect (2015-2022), le projet est de restaurer un noyau de population du Gypaète barbu entre les Alpes et les Pyrénées permettant la sauvegarde de l'espèce. Il a permis d’organiser des lâchers en alternance dans le Vercors et dans les Baronnies provençales en lien avec l’association Vautours en Baronnies jusqu’en 2021. L’ensemble des partenaires du Life Gyconnect a proposé un nouveau projet, le Life Gypact, à la Commission européenne qui le valide pour la période 2022-2028. En plus du financement des lâchers qui vise l'augmentation du nombre de couples reproducteurs, le Life Gypact permettra de mettre en œuvre des actions de lutte contre les menaces qui pèsent sur eux (infrastructures énergétiques, réseaux électriques, éoliens ; intoxications, empoisonnements, braconnage), des actions de sensibilisation

Les oiseaux qui sont libérés en milieu naturel sont issus de centres d’élevage et de zoos habilités mais chaque année, ce n’est qu’une douzaine de jeunes Gypaètes (libérés à l’âge de 3 mois) qui sont ainsi introduits dans des falaises de l’ensemble des pays de l’arc alpin et sur le massif central. 

Dépassant les enjeux naturalistes, ce programme est porteur de sens pour le territoire, ses habitants et ses élus. En témoigne l'investissement de l'association des Graines d'éleveurs du Vercors. Une trentaine de « Graines d’Éleveurs », enfants d’agriculteurs du Vercors, se sont enthousiasmés à l’idée de parrainer le lâcher de jeunes Gypaètes barbus. À partir de 2017, ils ont tous mis en œuvre pour recueillir les fonds nécessaires. Résultat, en 2020, ils ont pu procéder à leur propre lâcher ! 

Le dossier de presse 2021

 

D'autres reportages sur la réintroduction des gypaètes barbus sur le site de Vercors TV

 

En savoir plus sur l'espèce

Ressources utiles pour aller plus loin

Nous travaillons en collaboration avec…

Ce que le Parc naturel régional du Vercors fait avec vous :

  • Apport d’éléments de connaissance pour des communes et communautés de communes permettant l'intégration des enjeux de préservation des espèces dans leurs projets
  • Mise en œuvre du Plan Loup Vercors élaboré en concertation avec les acteurs concernés par le retour du loup
  • Création d'un Atlas de la biodiversité communale avec 38 communes (2021-2023)
  • Organisation de temps d’informations sur des sujets préoccupants tels que l’arrivée d’espèces exotiques envahissantes comme la pyrale du buis
  • Organisation de temps d’animation et de sensibilisation (soirées débats, projection, visites accompagnées...)

Les suivis scientifiques

Le Parc naturel régional du Vercors se charge d'étudier certaines espèces pour diverses raisons. Les Bouquetins des Alpes peuvent présenter un risque de transmission de certains agents pathogènes aux troupeaux d’ovins en estive, et inversement. Ainsi, le Parc du Vercors organise annuellement un suivi pour surveiller l’état sanitaire de la population. Par ailleurs,  les bouquetins réintroduits dans le Vercors provenant uniquement du massif de la Vanoise, le suivi réalisé permet aussi de connaître l'évolution génétique de la population. 

D'autres espèces encore sont suivies comme le Gypaète barbu, le Loup gris, le Bouquetin des Alpes, certains passereaux, le Vautour fauve…  Des comptages sont réalisés pour connaître les effectifs des Tétras-lyres et de Lagopèdes alpins (qui déclinent peu à peu) et les petites chouettes de montagne (Nyctale de Tengmalm, Chevêchette d’Europe), et aussi pour observer comment ces espèces réagissent face au réchauffement climatique entre autre. 

Des inventaires sont aussi organisés pour repérer les espèces « bio-indicatrices », c’est-à-dire indiquant l’état de santé d’un milieu naturel. Les syrphes, « mouches abeilles », en sont un bon exemple. Un protocole scientifique dénommé « Syrph the net » a ainsi été développé. Utilisé dans certains endroits du territoire, il permet de déterminer l’état des lieux des populations de ces espèces qui reflètent le fonctionnement des écosytèmes.

De nombreuses plantes sont également suivies parmi lesquelles : la Tulipe sauvage (Tulipa sylvestris L. ssp. sylvestrisla Primevère à feuilles entières (Primula integrifolia), la Sabline pourpée (Arenaria purpurescens), le Pavot du Pays de Galles (Meconopsis cambrica) ou l'Epipogon sans feuilles (Epipogium aphyllum)...

Herve-Schneider_Saint-Andeol_Noctule-de-Leisler
© Hervé Schneider (Noctule de Leisler à Saint-Andéol)

Le suivi des chauves-souris

Les chauves-souris représentent un tiers des mammifères de France métropolitaine, avec 36 espèces différentes (chiffre réactualisé récemment), dont 29 sur le Vercors : Petit rhinolophe, Sérotine de Nelsson, Noctule de Leisler, Grand murin, Pipistrelle commune...

Se reposant dans les endroits frais et humides, comme les nombreuses grottes, arbres creux et constructions souterraines, elles sortent la nuit et pour chasser des insectes. Ces petits animaux sont d’ailleurs redoutablement efficaces pour lutter contre la prolifération des insectes dit « nuisibles » : elles sont capables d’engloutir jusqu’à 3000 mouches, moustiques ou Pyrales du buis en une seule nuit. Certaines villes françaises ont même décidé de réintroduire les chauves-souris pour contenir la population de moustiques tigres !

Protégées depuis les années 1970, les chauves-souris sont aussi suivies chaque année par le Parc naturel régional du Vercors, dans l’objectif de connaître l’évolution de leur population sur le massif.

Les chauves-souris

Ambane
Ambane @Olivier Teilhard

L'envol d'Ambane, le premier Gypaète barbu vertacomicorien !

Depuis le début de l'hiver 2022, un couple s'était installé dans la partie sud du Vercors (composé de Gerlinde (lâchée en 2013 dans le Vercors) et d'un mâle non identifié, appelé Onze depuis), côté sud du Dôme de Glandasse sur la commune de Laval-d'Aix au sein de la Réserve naturelle nationale des Hauts-Plateaux du Vercors.

Il s'est accouplé à de nombreuses reprises, a transporté des branches laissant envisager une nidification puis son comportement - avec la présence permanente des deux adultes dans le nid se relayant dans une position de "l'oiseau qui couve" et le comportement territorial très marqué - cochait toutes les cases de l'évidence d’une ponte. Ce n'est que le 23 mai 2022 qu'un garde de la Réserve naturelle a pu observer l'oisillon pour la première fois. Les bénévoles actifs à ses côtés le nommèrent Ambane !

Le chemin entre la ponte et l'envol - qui dure 6 mois - est semé d'embûches et effectivement l'environnement proche d'Ambane a du supporter un incendie et son lot de canadairs, la canicule, des cas de grippe aviaire et les activités sportives humaines tout près... Son envol était évalué autour du 25 juillet, mais Ambane a pris son temps, c'est le mardi 2 août à 10h39 qu'il est parti du nid.

Il a été surveillé tant que cela fut possible, soit jusqu'au 21 septembre 2022 où il a du s'envoler vers d'autres territoires. Il lui reviendra de surmonter les prochains dangers, les menaces principales étant les lignes électriques, l'ingestion d'aliments contenant du plomb ou autre type d'empoisonnement, le dérangement humain...

Bon vent à Ambane !