A- A+

Un territoire riche et diversifié en faune et en flore

La variété géomorphologique du massif avec ses gorges profondes taillées dans le calcaire, ses plateaux, ses sommets montagnards dominés par le Grand Veymont (2341 m) en Isère et le Rocher rond (2453 m) dans la Drôme, ses immenses falaises, ses vastes forêts mais aussi ses influences climatiques : continentale, océanique, méditerranéenne et alpine, en font un territoire particulièrement riche et diversifié en faune et en flore.


Le Vercors recèle une grande variété d’écosystèmes, conditions favorables au développement et au maintien d’une belle biodiversité : faune de "haute" montagne (campagnol des neiges, venturon montagnard…) et des falaises (tichodrome échelette, bouquetin des Alpes, vautour fauve...) espèces d’affinités méridionales (cigale, perdrix rouge…) et des espèces « reliques  glaciaires » (lièvre variable, tétras-lyre, lagopède alpin, chevêchette d’Europe…).

Le massif accueille des espèces animales d’une exceptionnelle diversité dont la répartition à l’échelle de l’Europe est souvent réduite et dont beaucoup sont protégées. 72 espèces de mammifères dont 29 espèces de chauves-souris (parmi les 36 répertoriées en France), les 6 ongulés sauvages (cerf, mouflon, chamois, sanglier, chevreuil, bouquetin des Alpes), belettes, écureuils, marmottes, loups, renards, lynx… 140 espèces d’oiseaux nicheurs dont l’aigle royal, le grand duc d’Europe et le tétras-lyre, emblème du Parc… et les 4 espèces de vautours. Le Vercors abrite également 25 espèces de reptiles et amphibiens.

Les espèces végétales sont tout autant diversifiées. La flore alpine côtoie la lavande et les prairies sèches à orchidées, présentes en grand nombre sur le massif. Sur une même pente dans le Diois, on peut rencontrer l’edelweiss, symbole de la "haute" montagne, et le thym, typiquement méditerranéen. En tout, 1 800 espèces végétales dont 85 espèces protégées (le sabot-de-Vénus, la primevère « oreille d’ours », la tulipe sauvage...), 79 espèces d’orchidées (dont l’orchis de Spitzel ou la racine de corail), la tulipe sauvage, pulsatille de Haller, doradille élégante, lycopode, ancolie, lys martagon...

Certaines espèces sont là depuis "toujours", d’autres sont apparues ou réapparues spontanément après une disparition plus ou moins longue. Le Parc naturel régional en a réintroduit d’autres qui font l’objet de veille et de suivi scientifique.

Des espèces réintroduites

Précurseur dans la réintroduction d’espèces, le Parc naturel régional du Vercors a réintroduit la marmotte, puis le bouquetin des Alpes fin des années 80 et le vautour fauve en 1996. Ces réintroductions successives s’inscrivent dans une politique cohérente de restauration de la biodiversité sur le territoire. À partir de 2010, c'est au tour des gypaètes barbus d'être lâchés dans les falaises du Vercors dans le cadre du Life Gypconnect. Ces programmes ont favorisé la venue régulière de vautours moines et le retour du percnoptère.

D'autres reportages sur la réintroduction des gypaètes barbus sur le site de Vercors TV