A- A+

Soutenir les énergies locales et renouvelables

Sur le Vercors, la dépendance aux énergies importées (fossiles et fissiles) coûte environ 130 millions d’euros par an, soit près de 2 500 € par habitant. Pour maîtriser ces coûts et réduire la facture globaleles énergies renouvelables offrent des perspectives prometteuses. Le Parc naturel régional du Vercors s’engage depuis plus de 20 ans dans une dynamique appuyant leur déploiement.


En complément de l’hydroélectricité dont la production atteint quasiment le plein potentiel, d’autres ressources méritent d’être développées. La filière bois énergie représente actuellement 20 % de la production énergétique du territoire, sa production pourrait doubler au vu du potentiel local. Le solaire, l’éolien et la méthanisation sont également des solutions qui méritent d’être étudiées. 

Depuis 2010, les centrales villageoises font émerger un modèle viable, dans lequel les citoyens sont moteurs de la transition énergétique. Les 7 sociétés opérationnelles à ce jour dans le Vercors couvrent les besoins électriques de 900 personnes environ. En région Auvergne-Rhône-Alpes, le Vercors compte la plus forte densité de centrales villageoises.

Nos missions

  • Veiller à ce que le développement des énergies renouvelables se fasse dans le respect de la biodiversité, du patrimoine architectural et du paysage
  • Soutenir les projets de production participant à l’essor d’une économie locale
  • Présenter bilans, diagnostics, orientations et préconisations utiles pour le déploiement de nouveaux projets 
  • Accompagner les acteurs publics et socio-professionnels dans leurs projets d’installations et leur recherche de financements

Les énergies renouvelables dans le Vercors

Le Vercors, comme beaucoup de territoires de montagne, est une terre d'énergie. Les charbonniers depuis des temps lointains ont laissé des traces de leur activité de valorisation de la forêt. L'hydroélectricité, développée depuis la fin du XIXe jusqu'aux années 1950, est un héritage précieux qui représente aujourd'hui la plus grande part de l'énergie produite localement, surtout via les retenues et centrales sur la Bourne et le Furon. Largement exploitée, elle a aujourd'hui presque atteint son potentiel d’expansion, et son développement est limité par les impératifs liés à la préservation de la qualité des cours d'eau et à la baisse de l’hydraulicité due au changement climatique.

Dès 2003, le Parc naturel régional du Vercors a été parmi les premiers territoires à réaliser une étude de planification énergétique visant 100% d'énergies renouvelables. Aujourd’hui, le Vercors est l’un des secteurs de la région les mieux dotés en chaufferies bois et installations solaires. La méthanisation et l’éolien sont aussi visés par le développement.

→ La stratégie TEPos pour le développement des énergies renouvelables

L’énergie éolienne dans un Parc naturel régional

Sur le territoire du Vercors, des velléités de projets éoliens se manifestent. Ils sont portés par des opérateurs privés et concernent principalement trois secteurs du massif : le Vercors drômois, la Gervanne et le Trièves. Dans ce contexte, il semblait important que le Parc naturel régional du Vercors se positionne sur le développement de cette énergie.

Une vigilance toute particulière doit être portée à la biodiversité : les oiseaux et les chauve-souris sont les premiers impactés par l’installation d’éoliennes, notamment lors des migrations. Le paysage, si riche en Vercors, doit lui aussi être pris en compte avant de décider de la mise en place d'éoliennes sur une commune. Le Parc du Vercors souhaite également que collectivités et citoyens soient parties prenantes des projets, afin de tendre vers un modèle de développement participatif comparable à celui des centrales villageoises. Les retombées économiques locales seraient alors maximisées.

Le Parc naturel régional du Vercors a dressé une liste de recommandations autour du développement des éoliennes sur le territoire, qui a été adoptée par le Bureau syndical du Parc en 2018.

→ Consulter la motion sur l'éolien

Des éoliennes dans le Vercors, 2019.

Nous travaillons en collaboration avec…

Le Parc et vous

Besoin d’un coup de pouce ? Le Parc du Vercors peut…

  • Renseigner sur les techniques et leur faisabilité
  • Orienter vers des acteurs spécialisés
  • Accompagner les dynamiques citoyennes et participatives : sensibilisation, information, conseil, échange d’expériences et de bonnes pratiques
  • Appuyer techniquement et administrativement les projets d’énergies renouvelables

Les centrales villageoises : qu’est-ce que c’est ?

Depuis 2010, le Vercors a développé le portage local des énergies renouvelables par les citoyens en développant les centrales villageoises. Ce sont des sociétés locales à gouvernance coopérative citoyenne qui peuvent associer des citoyens, des collectivités et des entreprises locales pour produire de l’énergie renouvelable. Les projets cherchent à tenir compte des spécificités locales : l’intégration paysagère, les potentiels de développement d’une énergie, le lien social…

Le Vercors compte aujourd’hui 7 sociétés de centrales villageoises qui représentent environ 600 citoyens actionnaires et ont investi 1,5 million d’euros pour la transition énergétique et participative du massif.

Ces centrales villageoises sont avant tout solaires : en tout, ce sont 5000 m² de panneaux photovoltaïques qui ont été installés sur les toits des participants volontaires : bâtiments publics, logements privés, siège d’entreprises locales… C’est l’occasion pour ceux et celles qui le souhaitent de rendre leurs toitures utiles !

Les centrales villageoises sont reconnues par l'association éponyme, elles partagent un modèle commun, basé sur le respect d'une charte et la mutualisation d'un grand nombre d'outils et de services

VercorSoleil, 2017.

Rejoindre la démarche dans le Vercors (flyer - mai 2019)
→ Le site des
centrales villageoises

Développer le bois-énergie en préservant la qualité de l’air

Le bois est une énergie renouvelable issue de la biomasse : on l’utilise comme combustible (poêle, chaudière automatique…) après l'avoir transformé en combustible (bûches, plaquettes, granulés…). La filière bois-énergie représente actuellement 20 % de la production énergétique du Vercors, mais sa production pourrait doubler au vu du potentiel local.

En effet, la forêt du massif du Vercors est un atout sous-utilisé. Le bois constitue une ressource durable et disponible en quantité importante, grâce à l’accroissement naturel de la forêt qui couvre aujourd'hui 70% du territoire. Il existe déjà des infrastructures fonctionnelles et rentables telles que des réseaux de chaleur, des plateformes de transformation ou de stockage, qui pourraient être multipliées.

Le Parc naturel régional du Vercors agit en faveur du développement de la filière bois-énergie depuis plus de 25 ans. Le territoire a été l’un des pionniers en matière de chaufferies installées et de réseaux de chaleur dans les villages. Pour ne citer qu'un exemple : la commune de La Rivière s'est dotée d'une chaufferie à bois, alimentée en majeure partie par les forêts communales, pour chauffer les bâtiments municipaux et les nouveaux logements. 

Avec le dispositif TEPos, le Parc du Vercors a également lancé, en collaboration avec Fibois (la filière interprofessionnelle du bois) et Grenoble Alpes Métropole, une étude sur la qualité du bois-bûche en 2017. L’objectif était de mieux connaître le marché du bois de chauffage dans la région pour aider les professionnels à améliorer la qualité de leurs combustibles. Aujourd'hui le Parc du Vercors et la Métropole travaillent sur un projet de plateforme d’achat du bois bûche visant à encourager l'achat d'un combustible de qualité. Le Parc mène également un projet sur l'affouage dans les communes pour tenter le remettre au goût du jour cette pratique ancestrale parfois tombée en désuétude.