Un peu de géologie

Le Vercors continue aujourd'hui encore à se modeler doucement, sous nos yeux, par l'influence du climat et des activités humaines.

Les lapiaz

Premier acte : la sédimentation

Il y a environ 200 millions d'années (Crétacé, époque des dinosaures), une mer immense couvre tout le domaine des Alpes actuelles. Le Vercors se trouve alors en gestation au fond de cette mer, subissant en fin de cet acte un climat doux permettant à la vie marine de proliférer (coraux, plancton...). Le calcaire qui forme les coquilles et squelettes de ces organismes va s'accumuler, se tasser au fond de l'eau pendant des millions d'années, donnant naissance à de véritables bancs de roches (calcaires et marnes) de plusieurs centaines de mètres d'épaisseur. Aujourd'hui encore la roche garde une mémoire de ses origines : une partie de ces organismes marins a été conservée durant ces centaines de millions d'années au cœur de la roche, formant les fossiles que l'on peut observer ici ou là, au cours d'une balade.

Les sites fossilifères constituent un patrimoine unique, respectez-les, ne les pillez pas.

 

La sortie des eaux

Deuxième acte : la sortie des eaux

Il y a environ 100 millions d'années, le mouvement des continents va commencer à refermer cette mer. L'Afrique et l'Europe continuent de se rapprocher jusqu'à rentrer en collision, il y a environ 23 millions d'années : c'est la naissance des Alpes. En effet, cette collision, qui est le fruit de forces colossales, va obliger les roches européennes et africaines à se mélanger, fusionner, se plisser et s'empiler sur plusieurs kilomètres de hauteur. Durant ce processus, la plaque Africaine va globalement passer sur la plaque européenne, raclant, plissant et fracturant au passage les roches sédimentaires formées précédemment. C'est ainsi que le Vercors sort définitivement des eaux, s'élève de plus de 1000 m et met en place les grands traits de sa structure. On voit encore aujourd'hui de nombreuses traces de cet épisode au travers des plissements et fractures qui forment les paysages actuels.

L'érosion en marche

Troisième acte : l'érosion en marche

Dès leur formation, les Alpes vont être soumises à une érosion intense : les éléments naturels (eau, vent, gèle...) vont arracher les matériaux sur les hauts sommets et les fleuves vont les transporter jusqu'aux plaines en les déposant temporairement au grès des dynamiques fluviales.

Il y a 2 millions d'années commence une succession de périodes glaciaires de grande ampleur, qui vont ralentir il y a environ 10 000 ans. C'est durant cette période, par le jeu successif de l'érosion glaciaire et de celle des rivières torrentielles, que le massif du Vercors va se façonner, se modeler pour créer cette diversité de formes du relief (géomorphologie) et de matériaux (géologie), première ossature des milieux riches et variés du territoire.