Grotte de Goule verte
Spéléologie -
VILLARD-DE-LANS - Quatre Montagnes

Historique

La goule Verte a été découverte et explorée pour la première fois en 1935 par Monsieur André Bourgin, grand « bonhomme » de la spéléologie Dauphinoise jusqu’à son siphon terminal. Celui-ci a été plongé dans les années 70 et reste encore aujourd’hui en
cours d’exploration.
La grotte propose un parcours relativement facile, très prisée des centres de vacances qui proposent soit un baptême soit une initiation à la spéléologie.
Elle offre un regard sur une rivière souterraine à la fois courte et surprenante. On ressent aisément le travail de l’eau sur les parois cannelées et bien polies.

L’origine du mot goule : du latin gula, gosier, bouche.
Les goules désignent des ouvertures de grottes qui rejettent de grande quantité d’eau comme celles du Vercors. Mais plus généralement et pour les autres massifs français, ce sont des orifices qui absorbent des ruisseaux. On trouve également le mot goulet. Au sens topographique cela correspond à un rétrécissement du cours d’eau comme pour les Grands Goulets du Vercors.

En regardant la rivière de la Bourne à l’aval du pont de la Goule Noire, on observe, en rive droite une belle résurgence : c’est la Goule Noire dont le bassin versant draine le secteur des villages d’Autrans et de Méaudre.
Son exploration est toujours d’actualité. Elle est réservée pour les adeptes de la plongée souterraine : les plongeurs spéléos ou spéléonautes.

Karstologie

Le bassin versant de Goule verte est limité au sud par la faille d’Herbouilly, au nord par la Bourne, à l’ouest par la falaise de Rencurel, et à l’est par le chevauchement de Château-Julien. Un travail de recherche sur ce secteur reste encore d’actualité.
Un bassin versant ou d’alimentation est un terme hydrogéologique qui signifie que le bassin est constitué par l’ensemble des surfaces drainées par un cours d’eau. Les bassins versants sont séparés par des lignes de partage des eaux.
La goule Verte correspond à une ancienne source (exutoire) du bassin versant de la Goule verte. Elle est en fait situé 70 mètres au-dessus de la source actuelle qui s’ouvre, elle, au niveau de la Bourne. La morphologie générale de la grotte est en conduite forcée. Cela indique un creusement initial en régime noyé bien visible au niveau de la grande galerie.
Un exutoire est une source karstique dont les eaux sont collectées à l’intérieur du karst et ne proviennent pas directement de la perte de cours d’eau superficiels

Biospéléologie

Au plafond de la cavité, à quelques mètres de l’entrée, si l’on reste discret et attentif on peut apercevoir des sauterelles souterraines appelées : Dolichopode dauphinois.
Ces sauterelles ne sont pas des espèces réellement troglobies (strictement cavernicoles). Les Dolichopodes peuvent plutôt être considérés comme troglophile : les grottes constituent leur habitat de prédilection.
Nous pouvons également les observer dans d’autres milieux à ambiance sombre et humide : éboulis, anfractuosités de milieux rupestres, tunnels et ponts, caves, etc.

Accès :

Depuis Villard de Lans, prendre la D 531 sur 8km en direction de Pont-en-Royans, se garer à droite de la route, avant le Pont de Goule noire (avant la bifurcation St Julien en Vercors/Pont en Royans).

- Attention par temps de pluie, la cavité est dangereuse et peut noyer alors l’ensemble du réseau.
- Sa visite demande de la vigilance.
- Le spéléologue a toujours un double éclairage.
Pour conserver notre patrimoine souterrain, il est recommandé de ne prélever uniquement les photographies que vous réaliserez et de ne rien laisser d’autre que le décor naturel.
- Le monde karstique est fragile.

Coordonnées UTM WGS84 :
Zone :
X :
Y :
Photos :