Chaume et Lauze

Si dans le Vercors, la toiture en chaume fut la couverture traditionnelle jusque dans les années 1930, il n’existe actuellement plus de chaumière.

 

L’opération “toit de chaume” est née avec la disparition du dernier toit de chaume du Vercors; toit qui coiffa jusqu’en 1995 une maison située à la Bâtie, sur la commune de Gresse-en-Vercors.

 

Aujourd’hui quelques “anciens” connaissent encore la technique traditionnelle de la construction de toits de chaume, de la récolte du seigle à la pose.

 

 

 

Un mot sur l’histoire du chaumeToit à pignons  lauzés © Hytte Jean-Michel

 

Sans les toits de chaume, les pignons lauzés n’existeraient pas.

 

Au XIVè siècle, on utilisait le chaume pour couvrir les toits.

Les pignons lauzés, caractéristiques de l’architecture traditionnelle du plateau des Quatre Montagnes, ont pour origine les couvertures de chaume. Ils étaient en effet là pour protéger le toit du vent d’une part grâce aux pignons surélevés et de la pluie d’autre part grâce aux lauzes de calcaire, extraites des carrières voisines sur lesquelles l’eau ruisselait sans s’infiltrer.