L'architecture dans les 4 Montagnes

Pignons lauzés et Cornafion © Hytte Jean-Michel

L’architecture rurale traditionnelle :

C’est une architecture typique de montagne avec ses toitures à 2 pentes fortes et le regroupement sous le même volume de l’habitation et du bâtiment d’exploitation.

 

Le groupement des maisons :

En dehors des bourgs bien groupés, les maisons se rassemblent en petits hameaux implantés souvent à la transition entre pentes de terrains faibles et plus fortes.

L’implantation :

Le faîtage est très souvent perpendiculaire aux courbes de niveaux, et le long pan orienté au sud protège le devant de la maison des vents froids.

 

Les volumes :

C’est un gros volume simple, rectangulaire, assez allongé.

Les toitures :

Les toits sont à 2 pentes raides (70 à 100%) en raison de l’utilisation ancienne du chaume et pour éviter l’accumulation de neige sur la toiture. Assez récemment, le chaume a été remplacé par l’ardoise, puis la tôle ou l’éternit.

 

Les murs :

Ils sont en maçonnerie de pierre, généralement recouverte d’un enduit gris beige. Le bois est parfois utilisé en bardage vertical, à la pointe du pignon, côté grange, pour permettre l’éclairage et la ventilation.

 

Les ouvertures :

Elles sont assez petites et plus hautes que larges, disposées de manière assez libre. Il y a très peu d’ouvertures au nord. L’accès se fait généralement au sud.

 

Détails :

Les pignons lauzés ne sont pas spécifiques au Vercors et se retrouvent dans plusieurs régions du Dauphiné. Ils étaient utilisés en complément du chaume pour éviter les dépassées de toitures, en pignon qui auraient offert une prise au vent. Son utilité a disparu avec l’utilisation des matériaux modernes.

 

Les portes de grange :

Pour accéder aux granges, lorsque l’accès ne pouvait se faire par les pignons et que le toit descendait trop bas, on constituait un appentis greffé sur la toiture principale, aux parois généralement en bois, au faîtage perpendiculaire à celui du bâtiment. L’accès se faisait par le pignon de cet appentis.